L’équipe (Fr.)

Lise Jaillant est maître de conférences (Senior Lecturer) à Loughborough University au Royaume Uni. Elle a reçu un British Academy Rising Star Engagement Award (2017-18) pour son projet “After the Digital Revolution”, qui a été suivi d’un financement majeur de AHRC (2018-20) pour travailler sur les archives nativement numériques de l’éditeur de poésie Carcanet Press.

Elle possède une vaste expérience des projets de recherche internationaux. Elle dirige ou a récemment dirigé deux projets financés par AHRC : AURA (Archives au Royaume-Uni/République d’Irlande et IA) et AEOLIAN (Royaume-Uni/États-Unis : IA pour les organisations culturelles).

Ses publications récentes incluent la collection  “Archives, Access and AI” (à paraître en libre accès en 2022), et des articles tels que “More Data, Less Process: A User-Centered Approach to Email and Born-Digital Archives” (accepté pour publication dans la revue American Archivist).

Julien Schuh  – Julien Schuh est Maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, Membre Junior de l’Institut Universitaire de France (2015). Il est membre du comité de pilotage du projet Numapresse (http://www.numapresse.org/) qui vise à analyser l’histoire du journal à travers sa numérisation de masse. Il dirige deux projets expérimentaux d’humanités numériques:  le projet ModOAP (Labex PasP, Modèles et outils d’apprentissage profond : https://modoap.huma-num.fr/) et le projet BaoIA (CollEx/Persée, Boîte à Outils d’Intelligence Artificielle : https://baoia.huma-num.fr/).

Daniel Foliard  – Daniel Foliard est professeur des Universités (Université de Paris, LARCA, CNRS). Il travaille sur l’empire britannique (19e-première moitié du 20e siècle) dans une perspective trans-impériale et globale en portant une attention particulière sur les archives visuelles. Ses deux monographies, Dislocating the Orient: British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921 (Chicago: Chicago University Press, 2017) et The Violence of Colonial Photography (Manchester: Manchester University Press, 2022) portent respectivement sur la cartographie et la photographie.

Camille Kurtz – Camille Kurtz a obtenu un doctorat en sciences informatiques de l’Université de Strasbourg, en 2012. Il a été post-doctorant à l’Université de Stanford, CA, USA, entre 2012 et 2013. Il est maintenant Maître de Conférences à l’Université de Paris et membre du groupe de recherche SIP (Systèmes Intelligents de Perception) au LIPADE. Ses intérêts scientifiques incluent la reconnaissance de formes, l’IA, la vision par ordinateur, l’imagerie médicale, la télédétection et l’analyse d’images de documents.

D’un point de vue méthodologique, il aborde à la fois des modèles structurels (graphe ou grille de pixels) et des modèles statistiques (distributions) en s’efforçant d’intégrer des connaissances externes dans le workflow d’analyse d’images (par exemple, des informations textuelles supplémentaires). Dans le cadre de la recherche d’images basée sur le contenu, la reconnaissance de formes complexes, l’indexation et la sélection de caractéristiques peuvent illustrer ses activités de recherche. Site personnel : www.math-info.univ-paris5.fr/~ckurtz/

Florence Cloppet – Florence Cloppet a obtenu un doctorat en sciences informatiques de l’Université René Descartes, en 1996, et son habilitation à diriger des recherches en 2016. Elle est actuellement directrice adjointe du LIPADE à l’Université Paris Cité et membre de l’équipe de recherche SIP (Systèmes Intelligents de Perception). Ses intérêts scientifiques sont liés à la vision par ordinateur et à la reconnaissance de formes, avec un intérêt particulier pour l’intégration de connaissances dans les processus d’analyse et d’interprétation d’images. Pour cela, ses thématiques de recherche incluent des approches de l’Intelligence Artificielle (Machine Learning, Systèmes Multi-Agents dans des architectures délibératives fondées sur l’argumentation) dans le cadre de l’imagerie biomédicale ou de l’analyse d’images de documents.

Site personnel : http://www.mi.parisdescartes.fr/~cloppet/

Marina Giardinetti  – Marina Giardinetti est ingénieure de recherche en création d’outils numériques et d’architecture de données de projets en humanités numériques au sein du LARCA (Université de Paris, CNRS). Elle a auparavant travaillé comme ingénieure de recherche au sein du projet de Boîte à Outils d’Intelligence Artificielle où elle développait les outils d’extraction et d’analyse de corpus. Elle est aussi chargée de cours à l’Université Paris Nanterre.

Soumik Mallick – Soumik Mallick est ingénieur de recherche au sein du LARCA (CNRS, Université de Paris). Il développe des solutions d’apprentissage profond pour EyCon. Il met en place en place de outils de vision distante pour explorer la base de données de photographies de conflit créée pour le projet. Il a travaillé dans le cadre de plusieurs projets de recherche en intelligence artificielle appliquée aux images au sein de l’INRIA Sophia Antipolis, de l’ENSTA Paris et de l’ENSICAEN. Son expertise se concentre sur la vision par ordinateur, la détection d’objets et le TAL.